Edit : documents en complément

Je ne savais pas que ce sujet était si intéressant !

http://www.les-docus.com/vivre-seul/ (merci Laurence)

V__83E1[1]

(merci Anne-Laure)

http://www.arte.tv/guide/fr/063843-001-A/a-la-recherche-de-soi-1-3

9782226139061-j

"pour devenir soi-même, il faut marcher seul"

http://www.a-baechler.net/blog/solitude-isolement/

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-01-septembre-2016

* * * * *

Les partages sur les réseaux sociaux, c’est génial parfois.

http://plus.franceculture.fr/partenaires/selection-france-culture/les-bons-plaisirs-le-plaisir-de-la-solitude-avec-sylvain-tesson

Voilà une superbe émission que j’ai écoutée plusieurs fois.

Choisir d’être seul pour être libre, c’est un sujet qui est très intéressant.

C’est un repli sur soi, non par misanthropie, mais pour pouvoir vivre librement ses choix. Par exemple, c’est pour cette raison que je vais toujours seule au cinéma.

Exit les films à gros tirages, les zones de parcage des bestiaux, télévision et autres joyeusetés sociales dont on essaie de nous gaver.

Ce qui revient à être isolé parce qu’on ne veut pas suivre le mouvement collectif, c’est sûr. Ce qu’il y a c’est que cet isolement n’est pas dommageable, il est bénéfique parce qu’il permet d’exercer pleinement sa liberté.

Cela s’accompagne d’une nécessaire confiance en soi, comme le dit si bien Chou. Parce que le silence, c’est pas facile à gérer. On est tout le temps surexposé aux relations sociales (l’homme étant un animal social selon Aristote et c’est très vrai) et quand ça bippe plus, ça fait un sacré vide. Un vide qui permet d’écouter mieux : soi, le monde, la musique. Le besoin d’appartenance à un groupe est nécessaire, mais il ne faut pas donner au groupe le moyen de faire perdre sa propre liberté.

Etre sa meilleure amie et sa meilleure compagnie n’est pas être centrée sur soi ou pas ouverte aux autres, comme essaient de faire culpabiliser ceux qui n’ont aucune capacité à vivre de manière autonome sans que personne ne s’occupe d’eux. Non, être sa meilleure c’est vivre librement et heureux, avoir une estime de soi positive et ne plus dépendre du regard des autres pour exister.

Etre sa meilleure amie c’est arrêter l’auto-critique et les flagellations quand ça va mal, mais faire preuve d’empathie comme nous le ferions … avec notre meilleure amie. Se prendre dans ses bras et se dire, ça va aller tu vas voir maintenant, c’est le premier pas à franchir pour voir la vie de façon positive.

Savoir se pardonner et s’aimer c’est le premier pas vers l’ouverture aux autres.

citation-18971

Paolo Coelho n’est pas un auteur que j’apprécie

(la spiritualité simpliste ne s’accorde pas à la fille d’action que je suis)

mais la citation illustre parfaitement mon propos.