... que l'on ne puisse se passer de chips ou de maquillage... ou au contraire que l'on ait totalement abandonné une pratique ou une habitude que l'on estimait nocive.

Ce thème, c’est moi qui l’ai proposé, alors bien entendu je m’y colle.

On va commencer par une définition, moi j’aime bien partir sur une base solide quand je parle d’un sujet.

L’addiction est un processus par lequel un comportement humain permet d’accéder au plaisir immédiat tout en réduisant une sensation de malaise interne. Il s’accompagne d’une impossibilité à contrôler ce comportement en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives.

Donc un comportement incontrôlable permettant d’accéder au plaisir immédiat sans s’inquiéter des conséquences négatives. Ecarter les cuisses en fait partie mais on va parler d’autre chose aujourd’hui.

tablette-fourree-amandes-et-orange

(source)

Par exemple, dans mon cas :

- Manger en entier une tablette de chocolat et avoir la nausée ensuite

- Ne pas oser ne plus répondre à des messages qui ne m’intéressent pas alors que du coup je vais en susciter de nouveaux. Le silence du téléphone, c'est un truc qui rend fou, mais en fait, c'est un truc qui rend libre, c'est une cage.

- Boire un verre d’alcool quand les filles commencent à brailler au lieu de les séparer, c’est quelque chose dont j’ai parfois besoin et bien sûr j’arrive après le drame

Plus légèrement, on va plutôt parler de ce à quoi je suis accro :

- D’une connexion wifi

- De l’apéro

- De mon APN, même si j’utilise de plus en plus mon téléphone, qui fait vraiment des photos pourries, c’est pas pour ça que je l’ai acheté au départ

- De musique, ça y est maintenant c’est tout le temps et j’adore ça, après j’ai tendance à faire passer toujours la même chose en boucle, sinon je mets une playlist

De quelle addiction est ce que j’ai réussi à me délivrer :

- Allumer la télé, ça fait plusieurs mois, même pour mettre un dvd (exception pour les enfants qui ont du avoir 2 ou 3 fois des dvd, elles aussi commencent à apprécier d’avoir la musique)

- De maltraiter mon corps avec la nourriture, les produits de beauté et tout ce qu’on peut lui infliger culturellement mais ce sera l’occasion d’un autre post, sur la liberté

-  Je n’ai plus réussi à me tenir aux transports en commun depuis février, tant pis, mais en l’absence des filles j’ai eu plaisir à avancer mes lectures dans le roulis du bus, par contre, j’ai re-appris à anticiper ma journée, c’est pas simple. Même si je pense que l’utilisation d’une voiture en ville est une addiction néfaste et un esclavage, c’est un mode de vie radicalement opposé à celui que je souhaite avoir, c’est maintenant que je m’en rends compte.

C’était le rendez-vous du lundi d’Alice et Zaza