3-amis-tt-width-300-height-430-bgcolor-FFFFFF

Pour tout vous dire, quand j'ai préparé le post de la semaine dernière, j'avais pas fini ce pavé ... donc j'ai découvert encore beaucoup de pépite et je vous en livre une dernière !

p427 : Matthieu

Concernant les pensées qui nous harcèlent constamment, tu as bien décrit de façon imagée comment on peut se défaire peu à peu de leur emprise en les laissant passer une fois, dix fois, cent fois, jusqu'à ce qu'un moment vienne où ces pensées ne posent plus de problème. Alors qu'au départ la moindre pensée qui t'obsédait était comme une étincelle tombant sur une montagne d'herbes sèches, à la fin, ce sera comme une étincelle qui jaillit dans l'air et s'évanouit.

Cette méthode est au coeur même des pratiques qui nous permettent de gérer les pensées et les émotions, et de conquérir notre liberté intérieure. Comme on l'a vu à plusieurs reprises, il existe un grand nombre de méthodes pour gagner cette liberté. On peut, par exemple, se débarasser des pensées qui nous perturbent en faisant appel à des pensées ou à des sentiments diamétralement opposés : la bienveillance contre la haine, la patience contre l'irritation,etc. Il ne peut pas y avoir en même temps dans notre esprit une pensée d'amour et une pensée de haine. Mais le "laisser passer" est une méthode plus subtile et plus puissante. En effet, on se rend vite compte qu'empêcher les pensées de surgir est une cause perdue d'avance. Elles surviennent de toute façon. A quoi bon vouloir les bloquer quand elles sont déjà là ? La vraie question est de savoir ce qu'on fait d'elles. Est-ce qu'on les laisse vagabonder et se reproduire jusqu'à ce que notre esprit soit complètement submergé par les pensées qu'elles font naître à leur tour, ou est-ce qu'on les laisse simplement passer dans leur fournir l'occasion de proliférer ? Dans le second cas, on les compare aux oiseaux qui traversent le ciel sans laisser de trace, ou aux dessins que l'on fait sur l'eau et qui s'effacent au fur et à mesure. C'est ce que l'on appelle la "libération des pensées à mesure qu'elles surviennent".

Ce "laisser passer" est une des meilleures méthodes, non seulement pour gérer habilement les pensées qui nous perturbent, mais aussi pour affaiblir peu à peu nos tendances à laisser les pensées s'emparer de nous. Si par exemple on donne libre court à la colère, non seulement on est en son pouvoir, mais on a ausi de plus en plus tendance à se mettre à nouveau en colère. Si en revanche on apprend à laisser la colère à elle-même, sans lui accorder la moindre importance, elle s'évapore toute seule. Dans l'immédiat, on évite donc de se trouver sous son emprise, et à long terme l'accumulation de petits succès finit par dissoudre notre tendance même à la colère. Un jour viendra où la haine et les autres poisons mentaux ne surgirontn plus dans notre esprit. Ils ne feront tout simplement plus partie de notre paysage mental."

Alors, on laisse passer ?