A papillonner c’est clair. J’ai un problème de concentration extrême. Ou extrême de concentration.

Alors je me sens vite débordée par rien. Pourtant, il suffit que je fasse la liste de ce que j’ai à faire pour que tout à coup, tout se mette en route et que les taches se succèdent et que l’efficacité s’incarne. Ça dépote comme on dit.

En dehors de ça, c’est pareil pour le reste, je passe trop de temps à faire autre chose que ce que je veux faire. Je veux : écrire, lire, peindre, chanter, aller au concert, aux expos … mais il y a toujours les tâches ménagères à accomplir, l’heure à respecter et *surtout* les réseaux sociaux qui sonnent ou qu’il faut nourrir. D’où le changement radical qui est intervenu sur ma présence en ligne depuis plus d’un an maintenant : je ne veux y montrer uniquement qui je suis, ce que j’aime et ce que j’aime faire. C’est tout. Il y a encore du travail je trouve, mais c’est parce que je me cherche toujours (j’ai compris, me concernant en tout cas, que c’est la Mort qui me trouvera).

- Pour les tâches ménagères, je les réduits au maximum et le travail est toujours en cours

- Pour l’heure à respecter, je m’organise du temps pour souffler entre le boulot et les enfants, l’effet d’apaisement collectif est sensible, je ne regrette pas mon investissement

- Quant aux réseaux sociaux et pages sur lesquelles on clique sans en plus finir … c’est un piège auquel j’arrive à échapper de temps en temps, mais je replonge comme une camée … c’est cyclique, comme lorsqu’on se goinfre d’un paquet de chips ou d’un litre de glace selon les goûts

- Pour avoir de la place pour m’exprimer, je continue à vider, à vider

Toutefois j’ai quand même réussi à (commencer à) me faire une discipline :

- Les livres me suivent partout, je n’hésite pas à zapper du magazine au roman selon les endroits où je me trouve

- Je dors super bien

- Mes WC ont une bibliothèque

- Je commence à regarder des films en streaming

- J’ai des tas de feutres qui n’attendent plus qu’un carnet pour s’étaler (pourtant j’ai le carnet)

- De la musique toujours à l’écoute partout (sauf au bureau, que je partage)

- Je continue à organiser mes week-ends pour faire les activités qui me plaisent

Je suis assez fière du résultat, surtout quand je me compare. Mais j’ai compris que me comparer ne sert à rien quand les objectifs dans la vie sont différents de la plupart des gens tout simplement parce que le simple bien-être ne passe pas par les mêmes choses.

Q02