41NdRVXq4BL

C'est le nom de l'auteur qui m'a attiré lorsque j'ai vu ce livre sur le pile des livres à donner chez Biocoop. Mais je me suis trompée, ce n'était pas la personne que j'ai vu à la Grande Librairie, d'ailleurs impossible de savoir qui était cet invité. Mais, j'ai confiance, il reviendra !!

Julian est en vacances à Bali. Il a entendu parler d'un vieux sage guérisseur. Il décide d'aller le voir alors qu'il ne souffre de rien. Mais le vieux sage trouve tout de suite de quoi souffre Julian : il n'est pas heureux. Reste à savoir pourquoi. C'est ce que va nous apprendre la conversation des deux hommes tout au long du livre.

A la manière de Socrate, Julian va accoucher de la vérité sur sa vie. Tous les ingrédients du développement personnel sont là : les croyances limitantes, les choix à faire, la crainte de décevoir ou de ne pas réussir.

Un roman très sympathique qui fait la synthèse de tout ce que j'ai lu sur le développement personnel depuis quelques années et qui vient conclure ce chapitre de mes lectures.

"je vois ce que je crois" reste une de mes phrases favorites.

extrait p62 : "j'étais presque surpris de constater que mon rêve n'était pas démesuré. Je n'avais pas besoin de devenir milliardaire pour être heureux, ni d'être une rockstar ou un homme politique connu. Et pourtant, ce simple rêve et le bonheur qu'il contenait me semblaient inaccessibles. j'en voulais presque au guérisseur de m'avoir entr'ouvert la porte sur ce qu'aurait pu être ma vie. Une porte qui, une fois refermée, me laisserait un goût amer en faisant apparaître au grand jour de ma conscience le décalage immense entre rêve et réalité."