J’ai une pile à lire monstrueuse ...

Le père noël m’a apporté des livres ...

Et je n’ai rien trouvé de mieux, en janvier … qu’acheter des livres (et des CD et des DVD aussi, le magasin d’occasion se trouve à côté de l’atelier de peinture, c’est vraiment un bonheur)

Puisqu’il faut choisir un livre pour bien commencer l’année, et bien le voici (non, je l’ai pas fini celui du mois d’août, mais il avance, il y a un petit regain d’intérêt)

41RBpUkMCHL

Pourquoi ce recueil de poèmes ? Déjà, les poèmes, c’est pas ma tasse de thé, surtout les poèmes modernes sans rimes ni début ni fin … et puis m’attachant de plus en plus au sens des mots, j’y viens, le choix des mots, c’est aussi de la poésie.

Ce recueil de poèmes a accompagné Mathias Malzieu pendant sa maladie. On y trouve le fameux « Oh Capitaine, Mon Capitaine ! » - que moi je ne connaissais pas. Non, je n’ai pas vu le fameux film, et si tu veux que je te choque un peu plus, je n’ai pas aimé le Grand Bleu non plus, les années 80 faut pas non plus les sanctuariser !!

Walt Whitman, poète qui se situe à l’époque de la Guerre de Sécession et admirateur d’Abraham Lincoln, poète de la nature et de la sensualité.

Des poèmes qui célèbrent l’amour, la femme, le combat de la guerre, la vieillesse et la mort et puis aussi la mer et tous les petits bonheurs. Oui, Paterson me suit un peu par ici.

Je n’ai pas encore lu tous les poèmes, j’ai décidé de les picorer de-ci de-là en laissant le livre sur mon bureau au travail.

En voici un qui me plait beaucoup :

 

BOURGEONS D’ORANGER PAR LA POSTE DE FLORIDE

Preuve plus minuscule que celle du vieux Voltaire*, mais plus forte à la fois,

Preuve pour notre époque présente, et pour toi et ta vaste étendue, Amérique,

Venue jusqu’à ma modeste cabane nordique, sous un ciel de neige et de nuages,

Après parcours sans encombre de plusieurs milliers de milles sur terre et mer,

Trois jours plus tôt vivant encore sur leur sol natal au bout de leur branche,

A présent dévoilant leur douceur dans tout le volume de ma chambre,

Ce bouquet de bourgeons d’orangers, par la poste, depuis la Floride.

* Voltaire mit fin à une célèbre discussion en arguant qu’un vaisseau de guerre et l’opéra étaient des preuves suffisantes du progrès de la civilisation et de la France, en son temps.

 

C’était le rendez-vous du lundi d’Alice et Zaza